Le projet

Nous organisons à partir de l’été 2019 une transatlantique à la voile, entre recherche citoyenne en mer et mise en valeur de projets environnementaux, à terre.

> Par ici l’équipage

Nous organisons, à partir de l’été 2019, une transatlantique à la voile (de Brest aux Antilles) mêlant recherche citoyenne en mer et mise en valeur de projets environnementaux à terre. Dans sa partie maritime, l’expédition Ecodysea permettra de réaliser des prélèvements scientifiques et observations pour l’association Astrolabe Expéditions. Les prélèvements seront essentiellement des prélèvements de plancton réalisés régulièrement, donnant une image de la ressource tout au long de notre « trace ».

Ces données seront ensuite utilisées dans des programmes de recherches, s’inscrivant pleinement dans une démarche de sciences participative.

Nous embarquerons des microscopes à plancton de l'asso Astrolabe Expéditions pour avoir un aperçu du contenu de nos prélèvements de plancton.
Nous embarquerons des microscopes à plancton de l’asso Astrolabe Expéditions
pour avoir un aperçu du contenu de nos prélèvements de plancton.

Dans sa partie terrestre, notre démarche aura pour but de parler (et de faire parler, on l’espère) de projets vertueux et allant dans le sens de la transition écologique. Le but est de réaliser des reportages vidéos sur ces initiatives positives pour les mettre en valeur et faire de la «pédagogie environnementale » pour que d’autres s’en saisissent.

Qinta das Relevas, un incubateur de projets environnementaux dans la région de Porto. photo : © Quinta das Relevas
Qinta das Relevas, un incubateur de projets environnementaux dans la région de Porto. photo : © Quinta das Relevas

Le projet poursuit donc deux buts principaux :

En mer : récolter des données scientifiques et partager notre quotidien pour favoriser une meilleure connaissance des océans.

À terre : rencontrer les acteurs du changement et diffuser leur témoignage pour valoriser les initiatives allant dans le sens de la transition écologique.

© photo Anastasia Taioglou

Parce que l’océan, c’est :
70% de notre planète
• plus de 50% de l’oxygène que nous respirons
• plus de 2 MILLIARDS de tonnes de CO2 absorbées chaque année
• entre 50% et 80% de la biodiversité ; incertitudes liées à la méconnaissance
des écosystèmes profonds
• seulement 5% des fonds marins cartographiés avec précision ; nous connaissons mieux la topographie de Mars.
150 MILLIONS de tonnes de déchets plastiques
10% de la population mondiale vivant de l’activité de la pêche
• seulement 2,8% de l’océan classé «aires marines protégées»

A terre comme en mer, nous ne resterons donc pas inactifs. Chaque arrivée en escale occasionnera des rencontres, des discussions avec nos contacts sur place et leurs réseaux afin de s’imprégner de leurs projets, que nous partagerons ensuite en vidéo et sur notre site.

Le projet sera également suivi par des élèves et leurs professeurs, de la maternelle au collège, qui sera pour eu une initiation au développement durable, à la protection des océans et une invitation à la découverte.